1967- Exposition au musée de Tervuren, de l’école de peintre de Tervuren avec Hippolyte Boulenger

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur reddit
Au seuil de la forêt de Soignes, le musée de Tervueren – sans renier sa vocation africaine – consacre aujourd’hui plusieurs salles aux peintres qui illustrèrent l’ Ecole de Tervueren, dont Hypolite Boulenger fut le protagoniste et demeure la principale illustration. Autour de lui sont réunis les Montigny, Bouvier, Baron, Louise Héger, Huberti, Asselbergs, Fourmoy, Raeymaeckers et autres expressionnistes qui, vers les années 60 – 70, trouvèrent leur inspiration à Tervueren et furent en Belgique à l’ origine de l’ art contemporain du paysage. L’ imposant musée, construit plus tard, est loin de déparer le charme de ces lieux, et l’on y retrouve encore aujourd’hui cette poésie bucolique à laquelle, il y a un siècle, nos peintres furent si sensibles. Témoin cette œuvre de’ Asselbergs reproduisant les anciens étangs du parc. Et lorsqu’ Hypolyte Boulenger exprimait la douce quiétude de certaines allées de Tervueren, on ne sera pas surpris de la retrouver au cours de ses promenades. De même pour l’ œuvre maitresse du premier de nos paysagistes : la Messe de St. Hubert; il est possible d’en revivre encore toute l’expression délicate, dans le même site, où chaque année nos chasseurs viennent vénérer leur saint patron. C’est une exposition très complète et fort significative que l’on peut voire actuellement à Tervueren, dans le cadre même où ont vécu et œuvré une pléiade d’ artistes, dont le plus grand, hélas, devait mourir à 36 ans…

À découvrir sur Belgavox :

Retour haut de page