1950- Mariage de Alix de Luxembourg et de Antoine de Ligne.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur reddit
Partager sur whatsapp
Partager sur linkedin
C’est un jour de réjouissances nationales qui s’est levé, en ce 17 août, sur le Grand-Duché de Luxembourg. La voix des cloches porte aux quatre coins du pays la nouvelle du mariage de la gracieuse Princesse Alix, fille de la grand-duchesse et du prince Félix, avec le prince Antoine de Ligne, fils de l’ambassadeur de Belgique à la Nouvelle Delhi et de la princesse de Ligne née Noailles. Le cortège nuptial qui vient de quitter le Palais grand-ducal se rend à pied à la cathédrale où le mariage religieux va être célébré en grande pompe. C’est monsieur Lommel, coadjuteur du Luxembourg qui va recevoir le serment des jeunes époux et bénir leur union en présence des membres du gouvernement, du corps diplomatique et des plus beaux noms de l’Armorial grand-ducal et belge. La cathédrale ne peux contenir tous ceux qui ont voulu vivre ces minutes exeptionnelles. Chacun s’attendrit devant le spéctacle
C’est un jour de réjouissances nationales qui s’est levé, en ce 17 août, sur le Grand-Duché de Luxembourg. La voix des cloches porte aux quatre coins du pays la nouvelle du mariage de la gracieuse Princesse Alix, fille de la grand-duchesse et du prince Félix, avec le prince Antoine de Ligne, fils de l’ambassadeur de Belgique à la Nouvelle Delhi et de la princesse de Ligne née Noailles. Le cortège nuptial qui vient de quitter le Palais grand-ducal se rend à pied à la cathédrale où le mariage religieux va être célébré en grande pompe. C’est monsieur Lommel, coadjuteur du Luxembourg qui va recevoir le serment des jeunes époux et bénir leur union en présence des membres du gouvernement, du corps diplomatique et des plus beaux noms de l’Armorial grand-ducal et belge. La cathédrale ne peux contenir tous ceux qui ont voulu vivre ces minutes exeptionnelles. Chacun s’attendrit devant le spéctacle
Explorez Belgavox
Retour haut de page