Conflits de Corée

La bataille en Corée n’a rien perdu de sa violence et les États-Unis sentent le besoin de faire appel à des renforts.

Dans un camp de Californie, des fusiliers marins défilent avant de s’embarquer.

Décidé à reprendre l’initiative des opérations après avoir stabilisé le front, le Commandant américain entend mettre en ligne d’importantes forces aériennes qui a déjà commencé à soumettre l’ennemi à des bombardements désorganisant son dispositif d’attaque.

À un rythme plus rapide, les effectifs américains montent vers le front et leur vue redonne confiance aux populations locales tandis qu’elle signifie un peu de repos pour les combattants qui ont soutenu le premier choc de l’ennemi.

Matériel et munitions suivent la même route…

Mais l’aviation nord-coréenne n’est pas inactive.

Cette fois elle a pris pour objectif un train de munitions et ses coups ont porté…

Tombés aux mains des Américains, voici des Coréens nordistes…

Les bombardements accumulent partout les ravages et on saisit toute la tragique dérision d’une situation qui exclut juridiquement l’état de guerre.

On évacue les blessés vers quelque point plus pacifique de la Corée du Sud ou même du Japon.

De hautes autorités ont assuré que le conflit pouvait être circonscrit.

Rien jusqu’ici ne les a déterminés à modifier leur jugement.